terre, " />

desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

bulles en train

j’ai attendu le train sans portable et en arrivant des bulles d’errance se sont formées dans ma tête

quand je suis ressortie, le printemps était presque rouge dans le vent froid, la Loire songeuse avait gardé encore son voile argenté

aujourd’hui je paresse la mémoire au soleil

j’ai refait des chemins que je n’avais pas parcourus depuis 4-5 ans, j’essayais en même temps de me rappeler les endroits que je fréquentais le plus souvent

inutile de dire que le corps cesse de tourner et que la terre respire un parfum léger

que de museaux en l’air, suis-je une étrangère ?

/// la forme échappe, m’échappe, s’échappe, je songe, et les mots m’oublient


Posted by iscia on avril 17th, 2010 :: Filed under fantaisie,Iscia,légèreté
Tags :: ,
You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.