Cambodia, , " />

desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

details

Je suis de nouveau à PP – Phnom Penh, après donc un « détour » par Ankgor, une croisière sur un bras du Mékong, une station à Battambang. 5 heures de route Batta-PP presque aussi chaotiques que l’Inde, presque aussi dangereux, mais on se sent plus en sécurité, je ne sais pourquoi. La conduite et les chassé-croisés sont plus fluides.
J’ai beaucoup aimé cette dernière traversée à travers les rizières, les champs de pâturages, les villes de motos. Seule blanche à bord. J’en ai profité pour surveiller le chauffeur. Calme, flegmatique. Il a bien joué deux fois, où l’on a risqué le carambolage avec une Mercédès et un camion, sû anticiper sur les hésitations des buffles – il n’a pas fait attention aux poules et leurs poussins. J’étais aux premières loges. J’ai pu tout voir et j’ai écris. J’ai pris beaucoup de notes, j’espère pouvoir me relire… un jour. Aux arrêts, je n’ai pas pris de photos. Dommage. Mais j’ai tout vu. Et j’ai croisé des regards. Etonnement et sympathie. Des fois, je n’arrive pas à décrypter. Visages impassibles. Ou faces de gangsters. Mais les gangs ne voyagent pas en bus, ouf. Juste ils attendent sur les routes.

Je ne sais plus si je l’ai écrit ici. Je pense qu’il faudrait le talent d’un écrivain pour écrire tous les détails que l’on voit dans une journée comme celle-ci. Depuis le matin où je me suis réveillée au son des bouddhistes, à la brume sur la rivière, et les visages qui s’éveillent sur le marché. Et puis, ce transport. Tous ces ressentis, ces émotions, cet abandon sur la ligne d’asphalte, qui me permet de poser quelques mots ici. C’est très loin de ce que je vis. Et ce désir qui me prend de vous remercier encore. Je ne sais pas si je suis lu ni si mes cartes postales arrivent à destination et parfois je vous déteste pour cela, très chers amis ! Mais, peu importe. Je continue ma route.

Au passage, voici ma chambre à Battambang ce matin, une demi-heure avant mon départ. Total abandon, que c’est bon. Je me délecte 🙂 Je suis forte maintenant dans l’exercice du sac à faire en 20 minutes. Je me fais quelques frayeurs de temps en temps, quand une chose manque à l’inventaire. Bref moment d’inattention qui a fait que j’ai posé/rangé cette chose à un autre endroit. Et dans ce cas, je me maudis. J’ai quand même perdu ma casquette entre les montagnes du Liban et Alep en Syrie, impossible de me souvenir où. Et laissé mon caillou de Loire dans une chambre à Pondichéry.

Puisque j’en suis là, dans les détails, je continue. Je vous confie la question de la journée. Je suis partie maintenant depuis presque 5 mois. La France ne me manque pas. D’autres chose me manquent mais pas le retour. Donc, le Moyen-Orient, l’Inde, l’Asie du Sud-Est et bientôt Japon. Je me demande donc si au lieu de courir prendre mon avion à Hanoi dans trois semaines, je ne devrais pas annuler mon voyage en Patagonie, site qui me presse à cause de l’hiver qui arrive début mars.  Mais, ne vais-je pas regretter ce vol vers l’extrême ? Je compte bien passer à l’Ouest. Tiens, autre question : à partir de quel moment je suis à l’Est ou à l’Ouest ? ça dépend de mon point de référence, me direz-vous. Donc, si je prends la France. Comme je continue toujours dans la même direction, l’Est, quand je serai à Buenos Aires, je serai toujours à l’Est, n’est-ce pas ?

Bref, je viens d’arriver dans ma nouvelle chambre à PP – c’est ce que je voulais vous parler au départ. Dans le bus, comme j’étais tranquille et sereine, j’ai fait le décompte des chambres que j’ai « visitées ». 39 chambres d’hôtels ou de particuliers. C’est donc ma 40ième chambre ce soir. Je ne l’ai pas fait exprès !
Deux autres détails qui s’ajoute à l’exotisme du voyage. 1) Pas de téléphone dans les chambres au Cambodge. Quelque fois, le wifi fonctionne, mais les deux dernières fois, les murs et la hauteurs des immeubles font que le wifi ne passe pas. 2) On ne vous demande jamais le passeport, ni même votre nom. Ce soir, on me l’a demandé. En le reprenant, la moitié d’une lame à raser en est tombée. Je ne transporte pas ce genre d’outil avec moi. Si vous avez des renseignements sur ce genre de pratique, je suis preneuse. L’avant dernière fois que je l’ai donné, c’est pour établir mon visa pour le Laos.

De toute manière, demain je change. Je vais dans celle que je pensais avoir réservée pour ce soir, mais un « truc » dans ma manip. internet hier n’a pas fonctionné. Promis, je vous fais une photo demain.

Encore quelques jours ici. J’attends le retour de France de mes clés USB après sauvegarde en lieu sûr de mes 30 Go de photos…


Posted by iscia on janvier 20th, 2011 :: Filed under chambre,Iscia
Tags :: , ,
You can leave a response, or trackback from your own site.

6 Responses to “details”

  1. iscia
    janvier 20th, 2011

    merci, merci …

    Moi je ne comprends pas les lignes ou les points qui coupent les choses en deux … la terre est ronde, n’est-ce pas?
    mais, sans doute les planisphères sont plus pratiques pour se comprendre, comme le langage, les modes d’emplois pour les outils, etc. que j’utilise souvent à l’envers consciemment ou inconsciemment …
    J’étais déjà un peu crazy, mais là je pense que je suis complètement partie … et je passe devant plein d’autres détails … Je devrais retourner à l’école pour apprendre les choses de la terre, du ciel, des étoiles et de la Lune …

    Bonne continuation à l’Ouest!

  2. Do
    janvier 20th, 2011

    Te lire me donne l’impression fort agréable d’être un peu dans le voyage. Keep going on, querida et prends soin de toi.
    Du point de vue des fuseaux horaires, qui font référence en principe, l’Est s’arrêterait à gauche d’une verticale tirée depuis le détroit de Bering, donc Buenos Aires, pour nous blancs-blancs européens, serait à l’Ouest…
    La lame de rasoir ? Utilisée pour découper une page de ton passeports et fabriquer de faux ? Un suggestion pour te raser les poils ? Un avertissement ? Une arme pour te défendre du valet de chambre trop entreprenant ?
    Sais pas?
    Nous, pauvres sédentaires d’une « France qui ne te manque pas » et que « parfois tu détestes » à cause des cartes arrivées ou non, du moins « je » te souhaite de continuer à t’emplir le corps et la tête de ce voyage que tu as tant désiré et serai content de te prendre au bras lorsque tu reviendras.
    Le saut en Patagonie n’est effectivement peut-être pas obligé si tu dois encore approfondir tes errements du Sud-Est ?
    À décider au feeling.

    T’embrasse et bonne route.

    Do

  3. habett
    janvier 20th, 2011

    Moi aussi je pense que quelqu’un a essayé de retirer la photo de ton passport pour en faire un faux ou pour alimenter sa collection de jolies filles.

  4. iscia
    janvier 21st, 2011

    addentum de ce matin … je prends un réel plaisir à écrire ici et à vous envoyer ds cartes postales, alors peu importe si vous les recevez, si vous vous connectez, … je ne demande rien, je n’attends rien …

    bonne route à vous, amis lointains !

  5. iscia
    janvier 24th, 2011

    Ok je vais retourner à l’école 😉 mais en fait, j’aimerais bien continuer à croire qu’en allant vers l’Est je remonte le temps et qu’ainsi je découvre la terre sous une autre lumière.
    Ne t’inquiète pas, Boro ! Je suis dans les rues, dans la ville, dans la chambre et c’est drôlement bien, tellement bon que je ne me soucis plus de savoir dans quel sens coule l’eau, ni les roues des tuk-tuk 😉 et j’ai bien l’intention de négocier un vol plus tard pour le Japon et l’Amérique du Sud ..

    Et, quand tu auras déballé tes affaires à Paris pour écrire de nouvelles histoires – ne perds pas ton accent du Sud please, je serais dans les bras des beaux argentins en train d’apprendre le tango … Il manquera la belle Patricia de Loire que j’attendais tant …

  6. Boro
    janvier 24th, 2011

    Je confirme, l’est et l’ouest sont séparés par le méridien de Greenwich et par le méridien 180, un seul petit pas et tu changes de jour!
    Pour ce qui est de te passer du tango et des haricots rouges, c’est toi qui vois, mais il manquerait les accents latins et de belles moustaches à tes galeries.
    En ce qui concerne la lame de rasoir : il voulait se raser pour te séduire, et puis le téléphone a sonné, la lame est tombée, il l’a cherchée partout et même sous son bureau, alors en se relevant il s’est cogné la tête, petite commotion cérébrale, une goutte de sang fiche la pagaille dans ses neurones et il a oublié ce qu’il cherchait. Pas plus compliqué que ça!

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.