home, " />

desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

entendu

 

ta voix, ce jeu – tu fais trembler le terrain de l’enfance
des bancs de sable au milieu de la forêt, la mémoire de la terre

brûlante comme l’huile, le feu, l’impuissance de mes lèvres
qui n’ont jamais dit ce que j’ai vu au-delà de la Loire

tu n’as pas compris, dommage et puis
il y a peu d’espoir pour que l’icône des vieux ressemble

au vrai
le terrain de jeu
le coeur de l’enfant
la main
qui suspend
la saison
l’été
pourtant
toujours
la mort
intervient
et je repars


Posted by iscia on septembre 12th, 2013 :: Filed under Iscia
Tags :: ,
You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.