desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

auteur

Il est temps de faire des révélations.
L’auteur de Desordionie est F.Iscia !

Par ce lien, vous trouverez quelques présentations de séries de photos. C’est un travail plus organisé, dans l’intention de mieux me faire connaître … en quelques pages condensées !

Les séries de photos sont archivées sur Ors-Photo

Bonne visite.

—————–                  —————-

Archive de la page « l’auteur ? » écrit en avril 2010 :

L’auteur ?

Je désire rester anonyme … mes amis me connaissent ici sous le nom d’Iscia … on pourrait ajouter F. Iscia de Loire, cela fait très snob ! oui FIDL, une femme fidèle et confiante malgré les doutes et les tourments, avec courage et fugacité …

Je suis née au pied de la Loire, quelque part en Touraine, dans ce voyage entre les terres centrales et l’océan tumultueux et clair. En même temps, je viens de nulle part. Je me sens bien ailleurs.
A 20 ans j’ai eu un fer à repasser, à 30 un épilatoire, à 40 ? J’ai compris qu’il était temps d’assumer ce que je suis. Photographe ? saltimbanque ? pirate des mots ? Je prends un an de dispo pour grandir à l’intérieur de mes images et dérapages.

J’écris en effet un peu, depuis 5 ans ou plus, fais de la photo depuis le même temps et tente d’inventer mon  odysée … je suis toujours en train d’apprendre, de découvrir comme la première fois : en ce moment, je lis des manuels sur la photo, les techniques de la photo. C’est incroyable, tout ce que je ne sais pas ! Je suis toujours en train d’attendre, également, mais maintenant mon départ est proche … il me reste 4 mois !

Où est la terre des ivresses ? (1)
Aujourd’hui j’imagine que c’est cette quête du mouvement et de ses impossibilités qui me définit le mieux. Vertige et extase, je suis ce voyage …

Ce voyage ?

Exploser ces laboratoires dérobés où j’expérimente, manigance, observe. Découvrir d’autres terres et dilater le temps dans le matin de mes (presque) quarante ans.

Tout mon désir est contenu dans ce mot : partir.
Partir, être dehors, être le passage. Se rendre et survenir. Être en mouvement, vibrer de tous ses ors endormis. Voler, marcher, nager, se perpétuer dans le cycle des quatre saisons, au long des trente mille kilomètres.
Vivre, expérimenter, photographier.

Les destinations ?

Je n’ai pas vraiment d’autres motivations que d’aller et de me laisser emporter par le vent.
Quelques désirs secrets : la vague senteur du jasmin, le frémissement d’une musique née d’un cœur solitaire, l’émotion d’un autoportrait dans une chambre solitaire, la splendeur d’un vin au corps animal, d’un whisky tourbé qui se tient magnifique, le roulement des mers aux extrémités éphémères.

Direction Est toujours : Damas, Madras, Hanoi, Tokyo, Punta Arenas … une fragile idée du bout du monde …
Towards no ways.
Quête et vertige. Chemin et abandon. Images, bruissements du monde, rites éphémères. Exil volontaire …


(1) écho de la « terre des promesses » d’Annemarie Schwarzenbach … voix de mon premier voyage

MAJ mars 2011 : Je suis actuellement à Hanoi et je fais le point sur mon travail photographique ! Tout en profitant du bruit de ce pays d’exil …

;


Posted by iscia on avril 20th, 2010 :: Filed under

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.