Beirut" />

desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

nothing

Love and travel made you unstable. My body falls and none pictures can recover the light. It’s also a question of time and space. I’ve spent here all the time & all the world to let entered my love and my travel.

I like contrasts & contradictions AND transparency. I don’t know what is the truth. I’m not a scientific nor a documentary writer. I like night’s pictures from always when whole contrasts are erased, obscure. We don’t be able to see where is the light, from where it comes from, how long the last sheen will be. It’s like a ‘passage à vide’. Avid, insatiable, desirous.

Three hours by day electricity is alternatively cut in each neighborhood in Beirut. Buildings have generators or not. That’s why each day is different here. Sometimes you wake up and you can’t take your tea, then you are fed up with the smells outside and you close the windows, but after it’s too hot inside and the air conditioning doesn’t work … You want to change your idea and send a message to your friends or you want to listen music to forget the buildings & street noise, but you can’t. It’s the Middle East they said. Some things don’t work sometimes when you need it. Most of the foreigners here try to feel something uncommon. An adrenaline shiver. Why I’m still here ? For artificial pictures ? mighty sensations ?

I’m in Beirut for a long time. Yes I know I stayed here more than I planed. Most of the time it was to stay. Being staying. Seeing the sea staying in sofa … I really don’t pay attention to the fishing boats or the cargos crossing the field of vision. And I never have any question about the disappearance of the horizon’s line.
Yes I know reading some philosophical or mathematical books and having good time in warmth & bulldozer’s noise is unexpected in my trip … But fall down the « no-project » is a real experience. Have distance and in the same time live a close experience … Do I imagine all that? Do I invent some story to stay alive? Being a stranger in my own tale.

I made some many building sites pictures. And I made pictures of clouds. Was it my best experience of Lebanon? No, I use to photography black fields, when the moment declines, the light changes, when the music becomes something else, and the earth swallows up the deep feelings in so long and uncertain minutes. Yes, I want to believe that clouds or nights have some new aspects here in Lebanon. But I have no memories. I don’t want to. It’s because of the sea overside and the free time I never had. It looks like felicity.

Last weeks I was thinking I can read more, writers or musicians, who give voice to the beauty and dirty life. I understand it give me some joy and it despairs me. In fact and until now I just look at, drink wine & beer, smoke in his mouth, make love without thinking about the morrow … all the time … and ever …

In the same and in a short instant I fell over in white space where no word, no picture were possible. I decided not to write. To forgive this mess. Not to invent my character. I will never be able to be confronted with my own weakness and my colossal desire. I felt I had not been able to describe the huge ocean of troubles, between happiness and sadness. I’m so poor in front of this big defiance. But I ‘m a rebel, I always want more, higher, stronger. An illusion I know. I’m so stupid or naive sometimes. You know I’ll continue my way.
I have to play the game and enter in white sentences. To spend again many hours in pain or delight. Towards nothing & ALL. Most of the time in nowhere. No way. Being in my lost and unnamed country, in exile. I’m still the same and I want more than all the change. I keep my deep & dark & dirty dreams. In my feet.

It’s the autumn here now. We can see the light’s change. And it’s now only 27° before noon. And this Sunday night only 25. Chouaï cold no ?

It’s time to move. I want to stay and I want to leave. I WANT both because I’m what I’m. Avid, fool or foolhardy, obsessed. I’ll go away and find another madness’ place. AND I know and I remember.

Underworld again, M.E. : http://www.youtube.com/watch?v=ihKuhZD9viw


Posted by iscia on octobre 17th, 2010 :: Filed under blanc,Iscia,légèreté
Tags ::

comme si

c’est vrai, comme je l’écris dans Voyaloup, c’est comme si je venais de passer une semaine de vacances à la montagne, c’est comme autrefois quand j’étais petite et insouciante …
je sors peu à peu de la torpeur de Damas et de l’angoisse existentialiste de Beyrouth

ces jours passés à la montagne ressemblent pourtant aux autres, mais est-ce la fraicheur, les lumières qui sont différentes ? je sens la terre sous mes pieds et suis toujours très loin dans mes rêves …

La terre fumante de ce matin après une nuit de pluie …

Version nuit. Non, ce n’était pas la même nuit


Posted by iscia on octobre 11th, 2010 :: Filed under blanc,Iscia,légèreté
Tags :: ,

vue

Qu’écrirai-je pour vous dire que je ne vous ai pas oublié ? Comment dire la brise qui brûle mes pas ?

Je marche, je m’arrête, la paix est à mes pieds, je ne l’attendais plus

Il semble que je la connais depuis toujours, Beyrouth des herbes et du vin, de la chaleur et du bruit, du rêve qui touche la fin sublime

Ne t’inquiète pas, la vie est là, je n’ai tout simplement pas envie de parler, écrire parce qu’il n’y a peut-être rien à dire …

Je suis partie tout simplement …

PS : Vous allez entendre parler de Beirut la semaine prochaine : le président iranien rend visite à ses amis du Hezbollah au Liban. On prévoit une sécurité renforcée ici et dans le sud à la frontière avec Israël. Il y a aussi le jugement Hariri. Don’t worried about that, it’s just politics. je suis pas plus en danger ici qu’au pied de la Tour Eiffel si je comprends bien


Posted by iscia on octobre 5th, 2010 :: Filed under blanc,bruit,chambre,Iscia,légèreté
Tags :: , , ,

legerete n est pas

legerete n est pas facilite, comment leur expliquer cela ?

j ai mange ce soir au Casablanca à Damas, j avais besoin de recharger les batteries, apres mon errance dans les montagnes et deserts de Jordanie

je suis sur les traces des ors d Ionie, mais meme le soleil couchant sur les vieilles maisons damasciennes du bazar ne m ont emue
il faut dire que j ai quasi pas dormi la nuit derniere a Umm Qays ou Ramadan est fete toute la nuit jusqu au debut du jeune, a 4h10

si je cherche une sorte de legerete dans mon errance, je hais la facilite et ses regards appuyes des uns et des autres sur mon passage dans les hotels, les bus, etc… Ca devient penible… est-ce la TV, Internet, les romans a trois sous ? ou y a t il une femme qui s est rendu celebre dans le coin pour ses bons soins ? ah, la francaise (je ne trouve pas le point d exclamation sur ce clavier), etc.

pour le moment je cherche le parfum du jasmin et la musique du silence

2 photos ce soir en rentrant – je boude

PS : Facebook est bloque ici, ainsi que couchsurfing


Posted by iscia on septembre 2nd, 2010 :: Filed under bruit,chambre,Iscia,légèreté,noir
Tags :: ,

identité

vous l’avez sans doute remarqué ? sur aucun de mes « espaces » mon vrai nom n’apparaît et ni ma « photo » officielle … qui suis-je ? un site dont l’auteur ne donne pas son identité, ses coordonnées, ni ne publie sa photo, c’est plutôt douteux, non ?

jusqu’à maintenant, j’ai réussi à éviter tout cela sous le prétexte de me protéger, vis à vis de mon milieu professionnel et à cause de mes antécédents – ben, oui j’ai quelques ennemis comme tout le monde 😉 pourtant sur facebook, j’y ai ma photo sous le pseudo de touarance ; idem pour les autres comptes … j’avais même réussi dernièrement à biaiser les créations de comptes, et faire un blog Voyaloup avec un autre mail pseudo. Ce soir j’ai craqué : désormais, il y a ma photo

En voilà l’origine : il y a quelques jours je me suis inscrite sur le fameux site couchsurfing, (en cas de panne) – du coup il m’a fallu donner patte blanche, aucun échappatoire ! photo + nom + description de soi … aïe ./

De façon plus sérieuse, la question se pose encore pour mon site pro ! – patience ! ce n’est plus qu’une question de 2-3 jours maintenant ; de plus, ici le temps est à la pluie, alors je traîne dans ma chambre 😉 – je fais en ce moment mes sauvegardes et je vais relire mon topo – une solution serait de cripter mon nom sous la forme d’un fichier image … paranoïaque ?

Tout ce débat est pourtant bien fragile pendant que certains immigrés se retrouvent le jour du Ramadan toujours en décalage par rapport à la question de leur identité et leur intégration française. On lit cela dans les journaux, on peut en discuter avec des proches, mais qu’imagine-t-on vraiment ?

L’unicité du moi se cache justement dans ce que l’être humain a d’inimaginable ?
Kundera, L’insoutenable légèreté de l’être

—- un jour mon ombre sera première – —- devenir est mon graal

c’était l’autre jour, le matin de la nouvelle lune, cauchemar de réveil et ballade avant l’aube ./

alors je ne prenais cette photo, un cerf m’a regardée, il s’est arrêté puis a repris son chemin, quand j’ai pris la 2e photo, il était encore là ! on dirait que je suis devenue parisienne, genre pas très apprécié en province .//

je suis passée pour la première fois devant la maison de Max Ernst qui y vécut 8 ans, mais j’étais encore petite quand il a quitté la Touraine …

Il était 7h du mat, personne ne m’a ouvert .(

ça commence à ressembler à un journal intime, ce blog ? en plus, je commence à faire du tourisme en août …


Posted by iscia on août 11th, 2010 :: Filed under blanc,Iscia,légèreté,noir
Tags :: ,

status

père et mère s’agitent ici ou là, je les regarde et essaie d’arrêter le temps
il est vrai que celui-ci me tient collée à terre et que du temps doit être extrait du désir pour entrer en mouvement


Posted by iscia on août 9th, 2010 :: Filed under chambre,Iscia,légèreté,noir
Tags ::

vacances

la variation des registres et des temps continue à me perturber, j’ai même l’impression de m’éparpiller … entre ici et là … la sortie provisoire de Paris, les enfants ici et là, la montagne pendant quelques jours, les adieux à frère & soeur et petites familles, la campagne avec mes parents … et puis, quel média j’utilise, entre Facebook, les deux blogs « desordionie » et « ordionie/ voyaloup » et que devient Touarance ? sans compter les autres sites sociaux (delicious, FlickR, … je crois que c’est tout 😉

…  débordée ? j’en ai oublié de me (vous) dire que j’étais en vacances … en fait, ce bruit est inutile, mais aide sans doute à patienter …

je profite donc ici en Touraine du jardin et de la fraicheur douce de l’été, menus variés avec quelques gouttes de vins et d’huile d’olive, et des fruits et légumes à foison, pommes de terre, tomates, fraises …

il est vrai que je prends mon temps, je le gaspille même et m’en délecte … je sais que les mûres seront bientôt mûres

… après deux courses demain je fais du vélo !
tiens, vous trouvez pas que je raconte ma vie ? … mais qu’est-ce que je fais ? beaucoup de désordre en fin de compte …  Voyaloup, … tentative d’ordre avec des définition à la clé ? j’ai peur en fait d’être ennuyeuse et importune .(

en vérité, je suis loin d’imaginer que je pars bientôt (J-21), et pourtant une force – dans l’attente – me pousse, je continue à me préparer, à barrer des points sur ma liste à faire, à imaginer les couleurs et les senteurs de mon voyage … je prie pour qu’il reste quelques brins de jasmin à Damas quand je vais arriver …

j’ai réservé un hôtel pour l’arrivée à Amman, – c’est  fait ! et c’est toujours plus facile que de s’y mettre à l’anglais 😉 -, j’attends mon visa pour la Syrie … qui sera prêt le 16 août … mais que ferai-je après l’atterrissage ?

les pommes de terre doivent rester 24 heures au soleil après ramassage pour éviter de germer trop vite dans l’hiver, les tomates se cueillent le matin à la fraiche et les fraises ? les fraises ? elles se cachent … ou alors quelqu’un est passé avant la photo 😉

.


Posted by iscia on août 7th, 2010 :: Filed under bleu,Iscia,légèreté
Tags ::

voyaloup

je viens de créer un nouveau blog ! pour les p’tits loups : voyaloup

blog de messages en clair pour me suivre 😉

et photo de famille …

./


Posted by iscia on août 5th, 2010 :: Filed under Iscia,légèreté
Tags ::

pacific express

le bateau est dévié, il lui reste 2 heures pour repartir
la mer est déjà haute
le puit gémit, sanglote, s’effondre

pourquoi ?
les verts désaturés
le four nettoyé
l’opaque des verres
ou les polarisants

confrontation
papier à la cuillère
paquets déséchés
vrille soudaine et couvre-toi


Ne te promène donc pas toute nue !

.


Posted by iscia on juillet 26th, 2010 :: Filed under Iscia,légèreté,noir
Tags :: , , , ,

mais où …

… mé zoù est Woodie à roulettes ?

Elle ne le sait pas encore mais il y a un sac spécial pour elle … elle part avant moi – destination la campagne tourangelle !

une vue parmi d’autres, ce soir … avec au second plan une tasse d’Iran Air … et derrière mon sac à dos, celui de mes 16 ans … il y a encore quelques écussons …

les autres ? mais où les ai-je rangés ? ça commence …

dites-moi entre nous, je la colle sur Facebook 😉

..


Posted by iscia on juillet 12th, 2010 :: Filed under chambre,Iscia,légèreté
Tags ::