desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

back

IMG_0148 IMG_0135

 

Après la performance – rester 4 jours dans la foule, je retire les papiers de la chaussure, enfin je dépose les pavés de mes doutes, là où la gangue du passé se crispe au coin des livres, je retire mon foulard, ôte les boucles des oreilles, défait mon livre comme un chemisier — oui je veux le faire vivre ; les mains se rejoignent dans la nage, le magna s’arrondit dans les pages, compose l’élément le moins chaotique — silence, les vibrations du retour.

Je reste !
Je continue
Je te poursuis…


Posted by iscia on juillet 14th, 2014 :: Filed under Iscia

New text – new video

Attache-moi !

Imp p87 T

Le titre de mon prochain livre-photo « Un arbre, une pierre, un nuage » est inspiré d’une lecture (La ballade du café triste de Carson McCullers). Derrière ces mots ordinaires, au fil des pages, on retrouvera toute la puissance et l’impermanence des éléments et des sentiments.

« Sais-tu par où l’homme devrait commencer à aimer, fils? »
Le garçon était attentif, tout petit sur son tabouret. Il remua doucement la tête. Le vieil homme se pencha et murmura : « Une pierre, un arbre, un nuage. »

J’évoque ici, avec les mots collés et les photos compilées, les contrées immenses de l’intérieur / autour … de ce qui me touche et de ce qui est nommé, énoncé, énuméré. Ce sont des mots — arbre pierre nuage —comme des repères, pour une nomade qui reconnaît la peur, le désir, dans une balle de feu.

Le sous-titre aurait pu être « Attache-moi !  » : c’est l’un des six chapitres du projet de livre (180 pages de collages textes-photos-couleurs). J’ai voulu ce cri aussi ambigu qu’un regard qui demande et qui refuse dans le même temps. Entre attirance et danger — de la rencontre, de l’amour et de l’horreur. Entre la perte et la jouissance. Cet ordre évoque des principes violents, il est entier et contradictoire, c’est pour cela qu’il est une partie de mon livre.

Un teaser pour le plaisir de l’annonce et pour l’annonce d’un projet qui exige critiques et soutiens

Projet de livre photo – Florence Galand from Florence Galand on Vimeo.

 


Posted by iscia on juin 10th, 2014 :: Filed under Iscia

anitya

Papier

 

encore une fois, je crois que j’ai perdu – et c’est un don – dans ce voyage intérieur, jusqu’au sens des mots, à force de les démanteler, de fissurer leurs origines et la fin de leurs sens supposés, par mon propre élan de vie, l’esprit qui habite ce corps – qui est le mien ; cependant une chose est certaine : ce que je ressens est bien réel, je suis vivante et j’aime observer mes cellules comme autant de nuages qui viennent et disparaissent – Anitya !

 

 

 

 


Posted by iscia on mai 28th, 2014 :: Filed under bleu,bruit,ether

silence

quand la Loire se retire

« Joli mois de mai » je demeure dans le silence et le retrait !

Je regarde les nuages, compte la pluie, sens l’orage.

J’ouvre les pages au milieu des livres qui s’étalent à l’horizontale plus qu’à la verticale, j’invente une trouée dans l’obscurité du dehors de ce que je n’imagine plus ; tous les jours je poursuis hors des routes les mots et les images que j’oublie, des armées de nouveaux mondes naissent en complotant à mon insu et parce que je suis là, entière, à les écouter secrètement …

Je me reconnecte par la lecture.
Un passage de Nietzsche dans Gai savoir, qui vient s’ajuster avec le post précédent et les trouées de papier que la Loire laisse en se retirant (photo) :

261. L’originalité

« Qu’est-ce que l’originalité ? C’est voir quelque chose qui n’a pas encore de nom, qui ne peut encore être nommé, bien que cela soit sous les yeux de tous. Tels sont les hommes habituellement qu’il leur faut un nom pour qu’une chose soit visible. Les originaux ont été le plus souvent ceux qui ont donné des noms au choses. »


Posted by iscia on mai 1st, 2014 :: Filed under home,humeur

zone de nommage

Actuellement je suis en pleine zone de nommage. Après un long moment de distance et de flou, j’ai besoin de nommer les choses, les êtres autour de moi, donner un nom. Je pourrais inventer les mots, masquer l’essence, trafiquer les identités. Je reste en place et je regarde longuement ce qui apparait au-devant de moi dans l’idée que naitra un nouveau espace de liberté.

Je tente l’expérience dans l’espoir d’un mouvement interne qui bousculera l’harmonie de toujours.

 

Chasse réservée


Posted by iscia on avril 24th, 2014 :: Filed under Iscia

nouvelles livraisons

je suis rentrée avec une valise de livres, de cartes et de notes ;
ici d’autres livres m’attendaient, d’autres feuilles, d’autres attirances

je suis allée marcher comme souvent je le fais pour laisser l’avantage aux contours imprécis de mes questionnements, pendant des heures le corps devient un concentré de poudre comme de la neige en suspension ; je suis arrivée ici malgré la ville, l’écart, la distance, tout est relatif au quotient de la folie

bien sûr c’est mon image qui m’effraie, le clou de la sincérité coincé au pied de la table, à moins que ce soit la tendresse qui pénétre le ciment des ruptures ; puisque les yeux sont prisonniers d’une réalité que je rejette, je serai nomade ;

RIEN ne sera accepté, trop de difficultés –°’

 

mes livres


Posted by iscia on avril 8th, 2014 :: Filed under bleu,brique,bruit,Iscia
Tags :: ,

afterwards

img034


Posted by iscia on avril 6th, 2014 :: Filed under Iscia
Tags ::

Ain’t it Strange

Patti Smith encore et encore (mais je n’en ai pas encore parlé de ce morceau sur desordionie) …
Et une image d’y il y a longtemps … pour un clip, gare Saint Lazare en chantier

img040W

 


Posted by iscia on avril 1st, 2014 :: Filed under blanc,Iscia
Tags ::

je suis partie …

je suis partie
j’étais toi
tu étais sur les rails
à la station de l’idéal

j’étais loin de toi
je suis loin de toi
au milieu des cercles
de toi

c’est ainsi que je commence ce long poème …
à suivre …/…

 

Degi Hari


Posted by iscia on février 22nd, 2014 :: Filed under couleur,humeur,Iscia
Tags :: , ,