Lebanon, " />

desordionie
des ors d'Ionie – desordre d'isle

moment of surrender

Kilometers make you weightless. In border of vertigo. And when you are in lebanese mountain it’s impressive, awesome. In the edge of white sentences. My round trip in Baalbek was excellent. I understood why I go there, in this touristic place, each minutes. Each view in the way was so beautiful than no pictures was possible. I took some but you can’t imagine the magnificence – the mountains were so empty and immense, and the purity – the plain was so clear under the warmth’s fog. That’s only image and words. But you must add that I hitchhiked in Bekaa Valley : I had to cross the Range of the Mont Liban (3009 m). The sensation were so powerful that in the return I didn’t take pictures. All cars became link and the light at 4 was so nice …

It was a blessing day : I recognize a picture I has in Paris in a postal card. It’s a engraving’s reproduction with a Flaubert citation. I try but unfortunately to reproduce with my camera the feeling I had in Paris. I stayed a long time. Many thoughts of no sense came and returned. Just a brick on my all trip. A vertigo if I take distance. The day after I decide to leave Lebanon. I took buses straight to Aleppo, Syria via maritime frontier. Good bye the sea. Too bad for the train. Another time.

Good impression when you leave and I know you can return but you follow your shadow behind you. Now I’m in Aleppo. I don’t know why I’m here. A step in the north way to finish with the Middle East. Now I have to find an another hotel because this night is full. Or change the city.

UPDATE : I’ll change country tomorrow. After Arabs, Phoenicians countries I’ll go in Kurdistan, Turkish one …I need a train tomorrow …

UPDATE 2 : Arrived in Gazientep, Turkey. The sky is blue and the sun is sweet 🙂
I’m not so fresh … I didn’t sleep a lot because of my 5 am train … but it was nice to be in a train and to cross the plains and the hills in daylight …
There is something wrong with this picture. I was so fascinated than I stayed and sit in down … I forgot to go up in the Bacchus temple where the view should be better … You can see so my feeling from these impressive columns. Frontier’s album … the next later …


Posted by iscia on octobre 21st, 2010 :: Filed under blanc,Iscia,légèreté
Tags :: ,

c’etait hier

Cette image dans la salle d’attente de la garde de Suweda est une folle image d’aveugle. Je suis restée là une demi heure après un tour en ville de deux heures. À la fin n’y tenant plus j’ai sorti le Sulka et fait deux photos. Ratées.

Dehors : une chaleur écrasante avec des hommes qui aiment porter le noir.


Posted by iscia on septembre 20th, 2010 :: Filed under blanc,Iscia
Tags ::

blindness

toujours devant le mur
ce matin cette nuit cette pluie
qui ne vient pas
les cafards ont fui
les puces ont atterri
je ne vois rien

la nuit tombe
chaque jour en avance
les ongles envoilés
les gants enfoncés
le blues en bas de la rivière
asséchée
le réseau dans la rue
en face mon autre espace

je ne vois rien
épuisement des sentiments
aucun chant n’est nouveau
le blues glisse dans le blanc

pourquoi ne vais-je pas là-bas
ils m’attendent
dans le désert
les lézards et les scorpions
pourquoi ne vais-je pas me sentir bien
dans le désert

je ne vois rien
je ne donne rien
des riens
des notes

One more cup of coffee – please

Il me tarde de prendre le chemin de Beyrouth … mardi prochain. Qu’ai-je à faire encore ici à Damascus ? Oui des photos. J’y vais après ce post. Je vous écris comme si j’étais suivie. Je me retourne et vous êtes loin. C’est mon chemin. Je ne devrais même pas en parler.


Posted by iscia on septembre 16th, 2010 :: Filed under bruit,Iscia,noir
Tags :: , ,

omayyad

j’ai enfin mis les pieds dans la fameuse mosquee … quand on n’a rien a faire on s’en remet a Dieu

ce n’est pas une serpillere que j’ai sur les pieds, mais l’espece de manteau pour entrer dans la mosquee

sinon les actus vues d’ici …

C’est comment la France en ce moment ?
Ici Fairouz fait l’actualite. Son concert de Fairouz a ete annule au Casino de Beyrouth.

Pas d’alerte sinon, mais les moustiques reviennent, il fait moins chaud la nuit.


Posted by iscia on septembre 16th, 2010 :: Filed under fantaisie,Iscia
Tags :: ,

dessins de liens

petit bois

le matin les rues bougent
les mains crispées de la nuit
numérotent la fatigue
Je t’oublierai tous les jours
le matin les rues bougent
la nuit est courte
l’espoir s’enroule
la nuit est sourde
la nuit s’étouffe
la maison garde la chaleur
respire et se retient
tout le jour tes mains crissent
la nuit dure

Je t’oublierai tous les jours
le blanc de tes yeux couvre mes nuits
le vacarme des jours
l’été de la fin

Je t’oublierai tous les jours
j’ai déjà oublié le jasmin
le voile des peurs
mon petit bois
mon ange mon enfant
mon frère ma douleur

les mots n’ont jamais été

voler est plus facile que garder
ici aucun voleur ne viendra
tes peurs sont réelles
l’histoire est personnelle
je laisse ma camera en place
je prends ta musique en face
le tore n’a pas de sentiment
dans ton système
les liens n’ont pas d’oubli
sur ma terre
suis moi
je te manquerai
autrefois
tu m’enivreras
sans foi
tous les jours
et les autres jours
je t’oublierai sans peine


sans religion

l’esclave est parti
dans les montagnes
prier
il a trouvé la paix
sans la liberté
le soleil est arrivé
le midi a sonné
les souvenirs

l’esclave épris de liberté
est parti
voyager
dans les déserts exilés
de la terre aux mains
des notes à ses pieds

l’histoire commence
dans l’après-midi
le pasteur rit
la femme s’isole
l’homme s’enfuit
et les codes s’ensuivent
la ligne est coupée
et les codes s’ensuivent
le temps est premier


ville de mon voyage

a Damas
l’eau est froide
le matin casse les liens
de tes rires je me souviens
la fête continue et je continue
le seul lien qui existe
avant la coupure
l’animal ne sait pas se perdre

avant le sel de l’hiver
je traverserai le blanc du désert
je marcherai sur tes voix
les mots que je te volerai

dans les tourments des titres
les sages taisent les amours
je manquerai ma parole
je marcherai sur ma voie
hors des cafés du passé

les liens Youtube sont interdits dans ce cybercafe :

je ne peux verifier ceux-la :

– Underworld, M.E. : http://www.youtube.com/watch?v=ihKuhZD9viw

– The XX, Stars : http://www.youtube.com/watch?v=8kiDpltsAk8


Posted by iscia on septembre 14th, 2010 :: Filed under bruit,chambre,Iscia
Tags :: ,

Kfe

les échos il s’amuse
les murs elle regarde
rideau des figures
l’acide du dimanche
la fête conclut
érosion des roses
in the devil l’O coule
interruption décolore
il parcourt les machines
pomme F


Posted by iscia on septembre 12th, 2010 :: Filed under blanc,Iscia
Tags :: , ,

carte postale

J’ai discuté ce soir avant l’appel du muezzin avec un jeune de 30 ans, comme on en rencontre partout : un homme issu d’une famille pauvre, avec un père malade, mais qui se donne les moyens de s’en sortir. Il parle parfaitement l’anglais (inutile de dire que je n’ai pas le niveau), a lu Goethe, Schopenhauer, Balzac etc. et a un avis sur tout. Jonny est obligé de travailler tous les jours, seul à sa boutique minuscule. Il tient une toute petite épicerie de rue, où l’on trouve l’essentiel, eau, boissons sucrées, fromage, huile, et beaucoup de choses sucrées, bonbons, biscuits, etc. Des produits très bon marché. Pendant qu’il philosophait sur la culture de son pays et évoquait son prochain départ pour les Emirates où il pourrait avoir un bon travail et se marier sans s’endetter pour la vie, je regardais passer les hommes et les femmes.

2e jour de l’Eid, la tension monte. Les hommes fument désormais la journée. La boisson alcoolisée est toujours interdite par la religion islamique, ainsi que le sexe hors mariage, mais d’après Jonny, les hommes et les femmes ne sont plus sous contrôle. Trois jours de fête, c’est trop d’après lui. Il y aura nécessairement des dérapages et des conséquences. J’ai eu du mal à comprendre. Pour les musulmans – mais c’est pareil côté chrétien, les femmes doivent rester vierges avant d’être mariées. Je ne dis pas que je ne le savais pas. L’Iran me l’a appris. Dans les familles riches, on sait bien s’arranger. En Syrie, dans le quartier chrétien de Bab Touma, toutes les confessions se retrouvent ici. Ils ont à peine 20 ans. Quand on les voit dans la rue, hommes et femmes rivalisent de talents pour s’aguicher. C’est connu, les femmes se maquillent beaucoup. Trop. Et le voile devient un accessoire de mode pour attirer les regards. Le reste est souvent très voyant. De manière générale, tout est excessif, oppressant, agressif.

Je raconte tout cela maintenant car Boro me parle des français évoquant leur esprit de contestation. Et la question du temps libre. Ici la lutte est de pouvoir contourner les règles, la loi religieuse sans se faire pieger. Pas de révolte. Et la résistance est toujours individuelle et se paie cher. Ce Jonny s’est forgé ses propres principes qui peuvent être tolérants, ouverts. Il a un avis sur tout. Il construit peu à peu son projet pour s’en sortir. Ce désir de liberté et d’absolu a quelque chose d’effrayant. Hier soir j’ai vu chez un vieux monsieur un portrait du Général de Gaulle (avec un bâton dans la main droite, ce n’était pas une canne mais bien un bâton à moitié brandi ; que faisais-je ici me diriez-vous ?). Ce chrétien élevé chez les Lazaristes parle français et a quelque chose de la vieille France. Bon chrétien, il fait la collection de timbres de tous les pays. Son passe-temps depuis qu’il est à la retraite de la KLM est de lier sympathie avec des étrangers pour compléter sa collect. A 80 ans, il faut bien varier les plaisirs…  J’ai passé quelques temps aussi avec une syrienne de mon âge de bonne famille. Elle a travaillé dans l’humanitaire et est actuellement sans emploi. Après avoir vécu en France et au Canada, elle est revenue dans son pays parce que la Syrie lui manquait. Leur lien avec le pays est très fort. Personne ne connait de la musique hip hop syrienne. Les boutiques de CD se sont transformées en magasin de DVD depuis que l’on peut télécharger de chez soi toute la musique du monde. Le sort des DVD est compté. Je vous écris depuis le Sri Lanka, site du proxy de mon internet de quartier.

Je n’ai pas discuté de l’actualité de la France avec le jeune homme. Pour lui, c’est le pays le plus beau et le plus riche pays d’Europe. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir l’air amusé quand des syriens saluent d’un « bonjour » ou parlent français. Pour lui et d’autres, ça fait très snob. La France, c’est le top. Et au niveau du recyclage ? Que des modèles anciens …

Je suis une riche française qui se permet de négliger les trésors de chaque pays. De plus je ne fais pas l’effort de parler leur langue, ni même l’anglais. Le prix de mon passeport 1 an tour du monde (ça je n’en parle pas) équivaut à la somme qu’il leur faut réunir pour quitter le pays et travailler à l’étranger. Seul un ami sur place peut aider. Moi aussi, des amis m’ont aidé à faire ce non-projet. Merci « souteneurs » lointains 😉 Quand j’essaie de leur expliquer d’où je viens, mon pays, ma terre, ma famille, mon travail, je ne sais pas ce qu’ils comprennent. Quand ils insistent, je leur dis que j’occupe mon temps à faire des photos, écrire, lire, etc.

Je pourrais faire comme eux. Comme tout le monde. Jouer. Faire des portraits de ces femmes des quartiers excentrés qui descendent à trois ou quatre d’un taxi pour boire un verre ou diner à Bab Touma. Et des hommes qui marchent en groupe également et guettent toute la soirée les belles poupées. Je pourrais aller plus loin. Entrer dans leur jeu. M’habiller comme une « vraie » femme, choisir le lieu le plus chic, boire et parler, parler. Et faire des photos. Eventuellement aller jusqu’au bout du parcours. Pour m’amuser. Comme eux. Ou plutôt avec nos codes à nous, occidentaux.

Je ne sais pas pourquoi, je préfère rester ce que je suis, c’est-à-dire une solitaire. C’est la forme de ma résistance. Solitaire à l’intérieur du monde. Je regarde seulement et ça me plait.

Je ferai d’autres photos de cette solitude à la Hopper. C’était d’ailleurs un gros plan, un Modigliani 😉

Mise a jour : 4-5 photos en 1/2 heure de marche mais c est risque …


Posted by iscia on septembre 11th, 2010 :: Filed under chambre,humeur,Iscia
Tags :: ,

lignes blanches et ingrates

Aujourd’hui j’ai commencé les lignes inhospitalières des Hauts du Hurlevent.

Premier jour où la lumiere m a rejoint … dans la paix blanche d’une fin d’été. L absence des minutes engloutie dans la musique again …


Posted by iscia on septembre 11th, 2010 :: Filed under blanc,chambre,Iscia
Tags :: ,

L homme a la valise

Pres du souk, j’ai vu cet homme en plein milieu de la place, en face de la mosquée Omayad. Il portait une valise qu’il a posé un moment, un long moment. Non, il n’était pas au téléphone. Il s’est arrêté en plein soleil de midi.

Je n’ai pas vu dans quelle direction il allait. Je suis repartie trop vite.


Posted by iscia on septembre 9th, 2010 :: Filed under Iscia
Tags :: ,

errance et doute

Apres la deconvenue avec la francaise (don t trust in french girl ;), les orthodoxes m ont offert un lit de camps hier soir dans un ancient couvent – dans la grande salle de reunion …
Quasi pas dormi tellement la chaleur et la fatigue m ont etreint, je resiste quand meme bien a tout ca

J ai finalement trouve ce soir une chambre. – mais je ne sais pas quoi en penser ? Je ne me sens pas bien a l aise avec cette idee … mais question de budget et de tranquilite . J ai besoin de repos je pense …
C est dans une vieille maison damascienne,  d autres appart y sont loues pour des etudiants – un couple de chinois et un couple de francaises

Je sais pas si j ai fait le bon choix.

Bref, toujours trop de questions. C est pas bon. Ou alors  j apprends le metier de voyageur … les deconvenues, les arnaques, les mauvais choix du moment…

Sinon, depuis aujourd hui, j ai un portable syrien

Et puis, je reste positive : tout n est pas perdu, j ai mon premier CD de rap arabic en poche … pour Habett passe sous d autres equations

Voici enfin, dans le chaos de la journee, une citation que me transmets Simine, extraite de la longue marche d Ollivier :

Et la solitude qui m’attend, saurai-je en combattre les gouffres noirs et en dominer les délices ? et saurai-je surtout en retirer tous les avantages ? Car cette solitude n’est pas une fuite, elle est librement choisie. Elle est le tableau sur lequel j’écris la suite. Un champs dans lequel je vais planter des pensées, épineuses ou lisses, qui ne s’épanouiront qu’au RETOUR.

Au plaisir de vous lire … jy reste jusqu au 20 septembre …


Posted by iscia on septembre 7th, 2010 :: Filed under bruit,chambre,Iscia
Tags :: ,